Sur la trace d’Éléonore

08-08-2011

Pour avancer dans ma généalogie, j’étais ce jour-là avec une amie, sur les traces d’Éléonore mon arrière-grand-père maternel.

–  Exclusivement féminin aujourd’hui, le prénom Éléonor(e), avec ou sans e, était aussi dans le temps, un prénom masculin -.

Après avoir bu un café en arrivant dans le village de Châtillon-sur-Marne, nous sommes parties à la recherche d’indices pour retrouver Éléonore et Victorine. Le couple y avait vécu si longtemps en arrière que même les personnes âgées interrogées, ne purent nous renseigner.

Ne nous avouant pas vaincues, nous avions poussé nos investigations jusqu’à la gendarmerie. Après tout, si drame familial il y avait eu à l’époque d’Éléonore, les gendarmes avaient peut-être conservé des documents. Parce que oui, j’oubliais, Éléonore mon arrière-grand-père avait épousé Victorine en première noce, avant de se remarier trois mois après le décès de son épouse, avec Louise mon arrière-grand-mère. 

Éléonore épousa Victorine en juin 1887. Victorine décéda en septembre 1887 et Éléonore se remaria avec Louise, en décembre 1887.

Deux mariages pour un seul homme en six mois de temps ! Comme c’est étrange ! Si étrange !

En allant à Châtillon-sur-Marne ce huit août 2011, j’avais déjà beaucoup écrit sur Jean de La Fontaine qui m’attire depuis l’enfance.

Nous n’avons rien trouvé sur mes ancêtres, mais nous n’y sommes pas allées pour rien avec cette fabuleuse rencontre dans l’église en la personne d’une petite Dame de plus de 94 ans. Encore très alerte, elle y faisait le ménage. Une conversation s’est engagée. Nous sommes ressorties en sachant wouah… ! Jean de la Fontaine fut Maire à Châtillon-sur-Marne et je tombe dessus sans le vouloir, en allant à la recherche de mes ancêtres.

J’ai même lu dans un livre recommandé par la  Dame âgée qu’il avait signé un bail pour la ferme de Dammart avec un certain François du nom de mon ancêtre tant recherché à Châtillon-sur-Marne. 

Et puis, il y a eu tous ces repères indéniables :

Jean de La Fontaine

Moi

Il se prénommait Jean, elle s’appelait Marie Héricart.

C’est Jean-Marie qui me mit sur la route de Château-Thierry.

Jean de La Fontaine meurt le 13/04/1695.

Monique ma meilleure amie, meurt le 13/04/2009.

Jean meurt à 74 ans.

Mon père meurt à 47 ans.

Jean meurt à Paris.

De ma naissance jusqu’à l’âge de 8 ans, j’ai habité dans une rue de Paris.

Jean fut baptisé à l’église Saint-Crépin de Château-Thierry.

Un de mes frères est né à la Saint Crépin.

Lui se prénommait Jean, son frère Claude.

Mon ex-mari se prénommait Jean-Claude.

Il habitait à Château-Thierry.

Certains de mes proches, ont habité à Château-Thierry.

Jean Racine était un cousin par alliance de Jean de La Fontaine.

A 8 ans, j’ai habité une rue Jean Racine. Au bout, il y avait la rue Lamartine avec la famille Thierry. Juste en face, la famille Fontaine dont les deux fils se prénommaient Jean et Claude.

François Chauveau, fut le premier illustrateur officiel de La Fontaine.

J’avais au coin de ma rue Jean Racine et de la rue Lamartine, une camarade qui s’appelait Béatrice Chauveau.

Mariage de Jean avec Marie Hericart : 11 Novembre 1647 à La Ferté Milon.

Mon arrière-arrière-arrière-grand-mère s’appelait Thérèse Milon.

Vue extérieure de l’Hôtel de ville

Rencontre dans l’église d’une Dame très âgée

Rue Jean Lafontaine.

Sauf erreur, ce qui resterait de la maison Héricart ou La Fontaine

Vue intérieure de l’Hôtel de ville

Vue magnifique sur la Champagne

Rue Jean Lafontaine

Où exactement, je ne sais pas, mais c’est dans ce village que ma grand-mère vit le jour

© Langage de l’Univers Copyright 2017