Le retour de l’ouïe

Dans la grande ville où demeure Marie, les chiens errants ne sont pas légion. Pourtant de glissants pâtés envahissent les trottoirs. Les toutous ne sont pas responsables, ils vivent leur vie de chien avec au bout de la laisse, un humain !  

Dommage de devoir slalomer dans les rues avant d’arriver dans les allées du beau parc de Ladoucette. 

Dommage aussi qu’il soit dangereux de marcher en levant la tête de peur de glisser sur un caca alors que la vue plus haut est magnifique.

Dans ces grandes villes lorsqu’une rue particulièrement bruyante se trouve sous nos fenêtres, perdre l’ouïe a du bon !

Lors de sa balade matinal, Marie maintenant appareillée, redécouvre le chant des oiseaux. Dans le parc, elle réentend le « ploc » des marrons qui touchent le sol en tombant comme lorsque petite, elle jouait sous les marronniers de la place des fêtes de la ville où elle habitait.

Dans la rue adjacente au parc passe un engin de nettoyage au bruit infernal. Pas grave, entre deux tours du moteur, elle entends toujours le beau sifflement des oiseaux en concert. Un régal pour son ouïe de retour.  

Une véritable bouffée de fraîcheur même si tous les bruits qu’elle réentend ne sont pas agréables. Peu importe, elle a le sentiment de sortir de sa bulle et de vivre de nouveau dans la réalité du monde.

S’adapter à des prothèses auditives pour réussir à les oublier n’est pas facile. Depuis leur pose, trois jours auparavant, elle réentend le chant des oiseaux, mais tous les bruits de rue sont réapparus… vroum, tut-tut, les cries et tout le reste ! 

Oublier ces petits dispositifs et rester positive ! Marie va bientôt habiter dans un endroit plus tranquille. Fini le passage infernal des véhicules sous ses fenêtres. Mais, en attendant, tous ces bruits tant agréables que désagréables la rajeunissent de vingt-sept ans lorsqu’elle a emménagé dans son appartement extrêmement bruyant en se disant… c’est juste provisoire. Comme quoi certains provisoires peuvent durer vingt-sept ans. 

© Langage Universel Copyright 2017

1 thought on “Le retour de l’ouïe

  1. Réapprendre et apprivoiser tous ces bruits oubliés. Ne garder que le beau chant des oiseaux.
    Et te voir dans ce bel endroit qui sera bientôt pour toi
    L’ouïe est d’or

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.