La vie de « château » en Ehpad !

Depuis décembre 2016, Germaine habite en EHPAD. 

Avant et ce, depuis 1958, leur mère vivait dans sa maison. Une maison familiale – partie en fumée – depuis que les enfants ont été contraints de la vendre pour offrir à leur mère un cadre de vie plus sécurisant. Enfin… c’était ce qu’ils croyaient, mais…

  • Notre maison familiale s’en va en fumée parce que maman est loin d’avoir son équivalent en tant que cadre et qualité de vie en Ehpad. Ce, malgré les sommes colossales versées mensuellement. 
  • Mais il est vrai que tous retraités maintenant, les enfants sont, selon Mr Macron… de  « riches retraités » !

Pour sa sécurité après une chute qui lui valut trois mois d’hospitalisation, Germaine est admise en urgence dans un Ephad où d’emblée, elle ne se plut pas. Sa famille décida alors de la changer d’endroit. Mais, malgré tout ce dont elle se plaignait, la vieille Dame refusa catégoriquement son transfert prétextant – je préfère subir que re-déménager – soutenue par le service médical de l’établissement qui disait qu’il ne fallait pas la brusquer ! Malgré son souhait qui sera respecté, Germaine continua de se plaindre. 

La famille a rencontré la Direction de l’établissement à plusieurs reprises. Direction qui l’écoutait, la rassurait sans que rien ne change. Aucun traitement, personne ne réussi à soulager les angoisses de Germaine toujours en souffrance. A plus de 90 ans, elle ne peut plus subvenir seule à ses soins et besoins même les plus intimes et élémentaires. Elle souffre dans tout son squelette que sa dernière chute n’a pas arrangé d’où dorénavant ses déplacements uniquement en fauteuil.

Chaque résident dispose d’une montre sur laquelle appuyer pour prévenir d’une angoisse, une peur, une urgence, un besoin d’une présence à ses côtés, etc. Germaine ne s’en prive pas, d’ailleurs Madame la Directrice le lui a recommandé. Mais, sans doute est-ce seulement pour faire fonctionner ses doigts moins agiles parce que personne ne répond, n’intervient pour la soulager… pas le temps !

Aptitudes des ASG : http://www.lesmaisonsderetraite.fr/emplois/assistant-de-soins-en-gerontologie-ASG.htm

Savoir établir une relation d’empathie, attentive et sécurisante pour limiter les troubles du comportement, prévenir les complications et rompre l’isolement des personnes âgées dans le respect de leurs habitudes de vie, de leurs rythmes et de leurs choix.

Cela devrait être comme ça partout. Mais dans l’Ehpad de Germaine, rien ne se passe comme expliqué dans le lien ci-dessus ! Les quelques animations qui tuent un peu le temps en semaine n’ont pas lieu le week-end. Les résidents attendent que journées se passent, tête pendante sur leur chaise roulante. Il n’y a pas davantage d’empathie faute de temps, de moyens si bien que les visites des enfants sont de vrais déchirements. Germaine qui ne s’était jamais plainte dans sa vie, ne cesse de dire sur ses enfants l’ont abandonnée ! Elle a oublié qu’après qu’ils s’en soient occupés pour la maintenir chez elle le plus longtemps possible, sa chute en pleine nuit, ne leur avait plus laissé le choix.  

A l’heure du couché, il arrive que Germaine passe de ses vêtements de jour à ses vêtements de nuit – change y compris – devant ses visites. La mise au lit dans les Ehpad, ne devrait-elle pas continuer d’être un moment intime, respectueux de la personne ?  C’est rarement le cas. Sa fille n’apprécie pas cette pratique qui la met mal à l’aise et qu’elle trouve dégradante pour sa maman.  

Nos parents qui ont travaillé toute leur vie, n’ont-ils pas droit au respect de leur mère Patrie, la République Française donc de l’état dont Monsieur le Président Macron est actuellement, le représentant ?

De très active, Germaine est devenue prisonnière de son âge, de son corps, de l’établissement débordé et du soit-disant manque d’argent.

Mis à part la grande salle commune de l’Ehpad, les autres locaux ne sont pas accueillants et/ou pas adaptés pour des personnes âgées, handicapées dépendantes. Beaucoup se déplacent en fauteuil roulant. D’autres (ou les mêmes) souffrent de pathologies mentales plus ou moins lourdes.

Or, les couloirs sont sombres, sans vie. Les embrasures des portes sont trop étroites pour le passage de fauteuils roulants. Sans parler des prises électriques d’un autre âge (les Ehpad seraient-ils dispensés des normes obligatoires ?

Dans cette maison de retraite comme dans la majorité des EHPAD, le personnel est débordé, fatigué par des charges de travail dues à un manque de moyens évidents. 

Un soir, impossible de trouver un linge de nuit pour maman alors qu’elle en compte au moins dix dans son trousseau. Elle a dû dormir en combinaison. N’est-ce pas un manquement à son bien être ? 

La dernière, la cerise sur le gâteau… les fenêtres des chambres des Résidents sont dorénavant verrouillées sur ordre de la haute direction. Aurait-elle peur que les Résidents se jettent dans le vide ? La fille a envoyé un mail à la Directrice pour être éclairée sur ce sujet. Le mail est resté sans réponse. En cas de malaise du résident, d’une visite, d’un besoin urgent d’air… il est impossible d’ouvrir une fenêtre. 

Pour le repas du soir dans cet Ehpad, les Résidents sont attendus à la cantine pour 18 heures et réintègrent les chambres aux alentours de 19 heures. A l’étage de Germaine, le personnel – en sous effectif – quitte son poste à 20 heures. En une heure de temps, il doit mettre au lit tout l’étage soit, 14 personnes dont la majorité en fauteuil. Les Résidents, ne sont pas mis au lit avec empathie, respect, délicatesse, attentions dues à leur âge et pathologies, ils sont jetés au lit à la chaîne. La fille de Germaine se souvient :

Courant 2017 maman était au téléphone avec moi. La conversation terminée, elle avait mal raccroché alors qu’elle venait d’être installée sur la cuvette des WC. J’ai conservé le combiné à mon oreille pour écouter, pour constater par moi-même si les doléances de maman étaient justifiées ! Elle est restée deux heures sur la lunette des WC à attendre que l’on vienne l’en sortir. Comment appelle-t-on cela ? Ne s’agirait-il pas de non-assistance à personne en danger ? Je l’ai signalé à la Directrice, mais le traitement semble être resté le même !

Une question me taraude depuis un moment, à propos de la devise nationale de notre beau pays depuis 1848 :

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

Belle devise pas respectée.

Il est vrai que contrairement à ses prédécesseurs, Monsieur Macron est sur tous les fronts. Mais, que fait-il pour nos anciens (la France d’hier envers laquelle l’Etat à des devoirs) ? Nos parents nous ont élevés, choyés, aimés mais que leur offrons-nous en retour ? 

L’Ehpad aurait bien besoin d’un grand rafraîchissement pour offrir à nos anciens, un endroit accueillant, un endroit où il pourrait être bon de finir sa vie. Au regard de notre devise française, l’argent, les richesses, ne sont pas distribuées équitablement.

Au niveau carrière, maman a été conditionneuse dans un commerce. Jusqu’à ses soixante-cinq ans, elle a été à son poste dès six heures du matin. Un travail difficile payé une misère donc une retraite minuscule. Est-ce que maman aurait occupé un emploi bien moins honorable qu’un banquier, un sénateur, un ministre, un député ? Est-ce que l’ouvrier qui tape au marteau-piqueur est moins fatigué qu’un ministre qui lui, j’en suis convaincue, sera moins détruit physiquement, mais qui aura les moyens financiers de s’offrir une maison de retraite honorable.

Bref, pourquoi deux poids deux mesures alors que (sauf erreur), la devise française est la même pour tous : ÉGALITÉ, FRATERNITÉ ?

Pourquoi certains ont des salaires exorbitants pendant que d’autres doivent se contenter de pacotilles ? Parce que les premiers ont fait des études sans doute ! Sauf que ceux qui n’ont pas pu fréquenter l’école bien longtemps, ont été formé à l’école de la vie pas facile.

Monsieur Macron : Pourquoi dilapider l’argent public en payant grassement les politiques, les élites de tous bords, visiblement tous d’accord, au moins sur ce point ? 

© Langage Universel Copyright novembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.